DÉMARCHE ARTISTIQUE_

Romain Lalire est adepte et curieux des possibilités offertes par les technologies avancées comme la photogrammétrie, le mapping, le lidar, l’hélice holographique, ou encore les réalités virtuelle et augmentée. Elles suscitent chez lui des envies de jouer avec, pour construire des formes simples, efficaces visuellement, bien que complexes dans leur fabrication. Le besoin de créer peut aussi être déclenché par la volonté de donner corps à une image mentale. La technologie alors choisie, est celle la mieux à même de produire l’émotion souhaitée. Le travail du plasticien prend ainsi la forme de séries photographiques (incluant la 3D et la réalité augmentée), de vidéos, d’installations artistiques interactives ou non. Dans tous les cas, il s’agit de placer le regardeur (parfois acteur) dans une posture d’entredeux, en ajoutant une couche au réel via un support : un téléphone, une tablette ou bien uniquement par son action sur l’œuvre. Romain Lalire crée des instants poétiques sensationnels (à entendre du point de vue de l’activation des sens), mettant le spectateur en état de fascination par une perte de repères, un décrochage partiel du réel et du temps. Ces moments de latence sont une tentative de ralentissement par l’émerveillement. Si l’interaction n’est pas systématique, elle est un moyen, par l’expérimentation multisensorielle, d’ancrer plus durablement l’émotion ressentie.

Romain Lalire cherche moins à dépasser le réel qu’à nous faire marcher sur des frontières ; celles qui nous séparent du virtuelle, ou celle qui nous fait basculer du côté de l’invisible. Partant du principe que la plupart des choses nous sont visuellement inaccessibles, le créateur fait des propositions, interprétant des systèmes de communication (ceux des arbres entre eux) ou figurant des souvenirs souvent embués. Il nous pousse alors à adopter un autre point de vue face au monde, à faire un pas de côté teinté de magie, oscillant entre illusion et réalité. L’artiste est créateur de troubles nous poussant à regarder intensément, à comprendre et finalement à voir réellement la nature qui nous entoure, comme pour nous rappeler sa préciosité.

Pour mettre en œuvre ses idées et parvenir à rendre tangible ces entredeux, le plasticien déploie des processus créatifs et des systèmes technologiques complexes nécessitant un matériel conséquent fait de câbles, de capteurs, de surfaces de projection... Pour autant, nul trace de cette lourdeur dans ses œuvres, bien au contraire, Romain Lalire parvient à produire une sensation intense par une écriture esthétique graphique et minimaliste. Ses installations, ses photographies se caractérisent par une forme de dépouillement qui sont pourtant d’une efficacité visuelle redoutable. Cette simplicité apparente permet de marquer plus fortement les esprits et surtout de garder longtemps en soi la sensation ressentie.

Tout, dans le travail de l’artiste, est pensé pour renforcer l’enchantement et le mystère. Le plasticien réalise cette gageure de nous transporter dans un ailleurs doté de magie tout en restant bien ancré dans notre monde.

TEXTE : Virginie Baro